L’avancée des recherches sur le cannabis (2020)

Angela Bryan et Kent Hutchison sont des chercheurs de l'Université du Colorado qui se consacrent à l'étude de l'ensemble des effets de la marijuana dans le corps humain. Cependant, comme ils ne sont pas autorisés à apporter le médicament sur le campus ou à être présents lors de sa consommation, ils sont obligés de développer un laboratoire mobile situé dans deux « Dodge Sprinters ».

Ils garent leur laboratoire mobile devant la maison d'un volontaire, et y attendent, le temps que les sujets de l’expérience consomment le cannabis dans la voiture. Ensuite, ils peuvent enfin commencer leurs tests en utilisant des seringues, des moniteurs de pouls, des jeux cognitifs et des classeurs pour suivre les changements causés par la consommation de cannabis. Mais cette solution créative a ses limites : les chercheurs ne sont pas en mesure de contrôler la consistance d'un échantillon (en particulier son efficacité) ou de l'amener sur le campus pour des tests en laboratoire. De plus, la " méthodologie cannavane " prend du temps et ne peut être utilisée que par quelques bénévoles par jour.

Selon eux, la situation est absurde : " Le cannabis est légal partout au Colorado – sauf si vous êtes un scientifique ".

La réglementation freine les progrès de la recherche sur le cannabis

Comme le cannabis est toujours classé comme une substance classée comme stupéfiants de l'annexe I (la seule catégorie qui en interdit tout usage), il est soumis à de nombreuses restrictions qui rendent la recherche difficile, voire impossible. Il est important de comprendre que selon le protocole fédéral, les substances classées dans la première catégorie des drogues sont celles qui n'ont aucun bénéfice médical, ce qui signifie également qu'il est impossible de mener des études cliniques (études de recherche sur l'Homme par exemple). Cependant, cette restriction sur la recherche sur le cannabis ne s’arrête pas là. Afin de définir un produit comme étant sûr pour l'usage public, la FDA exige une série d'études précliniques et d'essais cliniques, qui ne peuvent être réalisés en vertu du règlement susmentionné.

En outre, les chercheurs doivent utiliser du cannabis provenant d'un seul éleveur agréé – l'Université du Mississippi. Cependant, la FDA a maintenant annoncé qu'elle soutiendra la recherche sur le cannabis.

Les scientifiques sont obligés de faire des recherches sur le cannabis de faible puissance, alors qu'il existe sur le marché des produits dont la concentration en THC est supérieure à 95 %. Cela fausse les résultats de la recherche et les rend incohérents.

Que savons-nous du cannabis ?

En 2017, l'Académie nationale de médecine a publié un rapport sur les effets du cannabis et des différents cannabinoïdes sur la santé. Ce rapport a fourni un aperçu de l'état actuel des connaissances et des recommandations pour la poursuite des recherches sur le cannabis. La conclusion centrale était essentiellement la même que celle de l'Agenda national de recherche du Canada (2017) : nous n'en savons pas encore assez. Les preuves suggèrent que " le cannabis a à la fois une valeur thérapeutique et des risques pour la santé publique ".

En outre, le rapport aborde explicitement les obstacles réglementaires et recommande leur redéfinition urgente : " À moins que ces obstacles (annexe I) ne soient abordés directement ou que des solutions créatives ne soient élaborées pour contourner les difficultés, un programme national complet de recherche sur le cannabis restera un objectif insaisissable ". Les chercheurs ont répondu que : " L'État, l'industrie et la communauté universitaire sont appelés à réagir. Nous avons besoin de nouvelles réglementations et de moins d'obstacles juridiques, de modèles de financement plus durables et de capacités de contrôle améliorées ".

Y a-t-il un espoir pour la recherche sur le cannabis ?

Début août, la DEA a annoncé une décision attendue depuis longtemps. La DEA veut développer la recherche sur le cannabis et délivrer des licences à un plus grand nombre de cultivateurs de cannabis. De pllus, le mois dernier, l'Associated Press a annoncé que les États-Unis allaient accorder 3 millions de dollars pour combler les lacunes de la recherche sur la marijuana à des fins médicales. L'université de Californie, à Davis, envisage également de s'associer à une société agréée par la DEA pour mener des recherches sur le cannabis.

On sait également qu'en avril de cette année, l'Université de Harvard et le MIT ont reçu un don de 9 millions de dollars pour améliorer et mieux comprendre la science des cannabinoïdes. Cela montre une nouvelle tendance – les universités et les entreprises privées essaient de développer la recherche sur le cannabis et d'acquérir de nouvelles connaissances.

Le décalage entre la science et l'industrie

D'autre part, la commercialisation vise à faire du cannabis un produit de bien-être, qui ne contient souvent que de vagues allégations de santé. Kirsten Gauthier, directrice marketing de la société de cannabis 48North, explique : " De nombreuses recherches sont nécessaires ; une étude menée sur un animal et l'affirmation du marché selon laquelle il guérit ou prévient la démence, par exemple, n’est pas la même chose. Les entreprises ne prennent pas cela très au sérieux ". Selon Donna Shalala du Parti 420, la dépénalisation de la marijuana ne devrait pas seulement être une priorité politique – elle devrait être un impératif moral.

Meilleures alternatives

Nous vous recommandons également ces produits, jugés efficaces par nos testeurs et offrant un excellent rapport qualité-prix :

Nordic Oil Huile de CBD 5%

3 pour 2 par Nordic Oil

2 achetés 1 offert sur les produits au CBD de Nordic Oil

3 POUR 2

Naturecan Huile de CBD 10%

Jusqu'à -55% avec OASISVERTE

Jusqu'à – 40% sur tout le site pour Black Friday. Avec le code OASISVERTE, obtenez – 15% supplémentaire !

Je profite du meilleur prix

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *